Histoire du marais poitevin, où Ségolène Royal présentera le sens de sa candidature le 26 juin

Publié le par Désirs d'Avenir Rueil

Le  Marais Poitevin

"la Venise Verte"

Grand Site de France

 

Histoire d'un site remarquable qui a échappé à la destruction et réussi sa reconquête

 

Dimanche 26 juin 2011

Arçais

 

PRÉSENTATION GÉNÉRALE DU MARAIS POITEVIN

Avec une superficie de 100 000 hectares, le Marais poitevin représente la deuxième zone humide française après la Camargue et le premier des Marais littoraux de l'Ouest. C'est dire son importance à l'échelle de l'Europe atlantique.

Son territoire s'étend sur 60 kilomètres d'Ouest en Est (de la Baie de l'Aiguillon à Niort), et sur 30 kilomètres du Nord au Sud (de la plaine de Vendée aux coteaux calcaires de l'Aunis). Il est situé aux confins de trois départements : Vendée, Charente-Maritime et Deux-Sèvres et de deux régions : Pays-de-la-Loire et Poitou-Charentes.

L'espace correspondant à la zone humide proprement dit est très peuplé : près de 100 000 habitants y vivent (sans compter Niort). Entouré par quatre agglomérations - Niort, La Rochelle, Fontenay-le-Comte et Luçon - le territoire rural du Marais est de plus en plus marqué par cette proximité et par les phénomènes de périurbanisation autour des villes de Niort et de La Rochelle.

Le Marais poitevin constitue un ensemble d'une grande richesse écologique, à la fois par la diversité des milieux qui le composent et surtout par ses spécificités de "zone humide". Les zones humides en France sont relativement rares par rapport aux autres milieux (moins de 5% du territoire national) et présentent un intérêt patrimonial, paysager et écologique.

Le Marais poitevin est situé au carrefour de plusieurs zones climatiques et à l'interface des terres et de l'océan.

Ancien golfe marin, cet espace a été progressivement transformé sous les effets combinés des processus d'évolution naturelle et surtout des aménagements. C'est avant tout la forte présence de l'homme, et de ses efforts permanents depuis le Moyen-âge, notamment lorsque les moines des abbayes se consacrent aux aménagements du Marais poitevin, qui lui ont donné son visage actuel. Tous les travaux ont eu pour finalité, par la maîtrise de l'eau, sa mise en valeur agricole.

 

 

LES GRANDS TRAVAUX

Comme tous les autres Grands Travaux de la mission présidentielle, ceux du Marais Poitevin ont répondu à une ambition d’excellence. Avec une spécificité : plutôt qu’une grande opération spectaculaire, les élus locaux se sont battus pour qu’ils prennent la forme de projets s’attachant au respect de l’identité du territoire et de l’authenticité du Marais et de ses habitants.

Le caractère du Marais a forcé l’originalité de ses grands travaux. Le travail en « dentelle », entrepris sur de multiples éléments de son patrimoine, a permis de rester fidèle à l’esprit maraîchin.

En intervenant, projet après projet, sur l’environnement de la vie quotidienne des habitants du Marais, les Grands Travaux ont offert une véritable renaissance au tissu économique, social et culturel

Les Grands Travaux s’inscrivent dans une démarche d’aménagement culturel du territoire créant une dynamique de développement local harmonieux et cohérent. Ciblés sur la restauration du patrimoine paysager et bâti de l’espace public, ils ont généré un effet d’entraînement et de modèle sur l’espace privé.

Autour de ces grands travaux, toute une population s’est aussi mobilisée pour imaginer et construire l’avenir de son pays : un tourisme de qualité, une agriculture respectueuse de son environnement et un artisanat renouant avec les savoir-faire maraîchins.

« L’empreinte des Grands Travaux ravive les lieux-clés du marais. Une nouvelle page d’histoire s’invente au cœur des villages maraîchins. Plus que jamais attachées à leur patrimoine, fières de le faire partager, les communes du marais réaffirment leur identité maraîchine et parient sur de prochaines solidarités », Ségolène Royal, Présidente du SIVU pour la Restauration et la Valorisation du Marais Poitevin.

 

 

GENÈSE DU PROJET

Octobre 1989 : La Charte intercommunale du Marais Poitevin rassemblant les élus d’une vingtaine de communes et des associations, conduits par Ségolène Royal, alors députée des Deux-Sèvres, s'oppose au projet d'autoroute et plaide le dossier du Marais Poitevin auprès de l’État dans le cadre des Grands Travaux présidentiels. L'A83 contournera Niort par le nord, en évitant le Marais Poitevin, mais il faut qu'un autre modèle d'exploitation et de sauvegarde du marais soit possible.

Septembre 1990 : François Mitterrand déclare « Le Marais mouillé mérite des travaux absolument urgents de sauvegarde. L’État apportera son soutien. » La promesse sera tenue avec une contribution de quelques 52 millions de francs (près de 8 millions d’euros).

Janvier 1991 : Bernard Wagon, architecte à La Rochelle, est chargé des études préalables par le Préfet des Deux-Sèvres.

Février à mai 1991 : élaboration des projets et évaluations financières dans les communes volontaires.

Juin 1991 : Le SIVU (Syndicat Intercommunal à Vocation Unique) pour la restauration et la valorisation du Marais poitevin est créé afin d’engager les Grands Travaux présidentiels sur le territoire.

4 février 1992 : François Mitterrand inaugure les Grands Travaux du Marais Poitevin à Arçais.

 

 

LE LABEL GRAND SITE DE FRANCE

Le Marais Poitevin est le septième Grand Site de France, label obtenu par décision ministérielle du 20 mai 2010.

Ce site classé constitue un espace de grande dimension (18 553 ha, soit le 5ème plus grand site classé de France) fragile par sa constitution de zone humide et complexe dans son fonctionnement. 24 communes sont concernées : 11 en Vendée, 11 en Deux-Sèvres (Amuré, Coulon, Arçais, Frontenay-Rohan-Rohan, Magné, Bessines, Niort, Sansais, Saint Georges de Rex, Saint Hilaire la Palud, Le Vanneau-Irleau) 2 en Charente-Maritime (Taugon et La Ronde).

Ce label, véritable reconnaissance du travail réalisé, est attribué pour une durée de 6 ans. Son renouvellement implique de poursuivre les efforts de valorisation du patrimoine et d'accueil des visiteurs.

Ce label constitue :

- une responsabilité pour poursuivre les actions de préservation, de développement et de gestion,

- une véritable opportunité pour les acteurs locaux de valoriser plus encore au niveau national et international ce site emblématique de Poitou-Charentes.

Cette valorisation du territoire a été renforcée par l'attribution au niveau européen du Concours EDEN (« European Destination of Excellence ») 2010. La destination touristique française d’excellence 2010 a été décernée au Grand Site du Marais Poitevin.

 

 

MARAIS POITEVIN : UN SOUTIEN REGIONAL DETERMINANT

Après deux décennies de dégradation de la zone humide, avec une perte de plus de 20 000 hectares de prairies naturelles, un enfrichement de certains secteurs de marais mouillés, des canaux comblés, un abandon de l’entretien des emblématiques alignements de frênes, les deux régions Poitou-Charentes et Pays de la Loire ont engagé une action forte de reconquête de la zone humide, de son identité, de ses richesses.

Depuis 2004, les deux Régions ont investi 10 millions d'euros à travers le Parc du Marais Poitevin pour redonner au territoire un dynamisme nouveau, fondé sur la mise en valeur du patrimoine.

Les deux Régions ont conduit une action forte à travers le Parc, afin de retrouver un Marais mieux préservé, plus dynamique et mieux partagé, avec notamment :

- la restauration de plus de 2500 hectares de prairies rendus à l’élevage ;

- la restauration d'habitats remarquables : les Marais de Saint Georges de Rex-Amuré, les Marais estuariens de Marans... ;

- la préservation de la biodiversité menacée (réalisation de passages à loutres, restauration de mares ...) ;

- la restauration du patrimoine bâti, dans le respect de l’esprit des lieux, dans la poursuite des Grands Travaux (La Passerelle de la Sèvre entre le Mazeau et le Vanneau-Irleau, le port de la Gachère à Saint Hilaire la Palud...) ;

- la restauration de friches industrielles pour leur redonner une nouvelle vocation économique (la laiterie de Coulon...) ;

- le soutien à l’économie touristique (mise en œuvre d’une démarche qualité pour la batellerie avec 14 embarcadères, coordination de la réalisation de 800 Kms de pistes cyclables sur l’ensemble du Marais...) ;

- le développement des initiatives innovantes de valorisation des ressources locales, notamment l'accompagnement du CIVAM (Centre d'Initiatives pour Valoriser l'Agriculture et le Milieu rural) du Marais Poitevin pour la création d’une filière courte de valorisation du bois du Marais en bois de chauffage.

 

« Vous avez dans votre région le Marais Poitevin que je connais bien. C'est une illustration absolument exemplaire, c'est un vrai monument de la Nature et en même temps chargé d'histoire.

C'est une terre gagnée sur les eaux. C'est un paysage étonnant avec une richesse biologique extrême. Le marais mouillé mérite des travaux absolument urgents de sauvegarde. L'État apportera son soutien ».

 

François Mitterrand

Le 28 septembre 1990

À Poitiers

Commenter cet article