Ségolène Royal en six questions !

Publié le par Désirs d'Avenir Rueil

Ségolène Royal s’engage à ne pas augmenter les impôts. Pourtant, la situation des finances du pays semble très délicate et je ne vois pas bien comment elle pourra tenir ses promesses sans s’attirer les foudres des agences de notation. Comment va-t-elle s’y prendre ?

 

En effet, Ségolène Royal n’est pas favorable à une augmentation généralisée des impôts. Comment d’ailleurs imaginer une telle mesure alors que le pouvoir d’achat des français est au plus bas et que certains, dans les catégories moyennes notamment, sont déjà assommés par les charges ? D’autres solutions existent. Dans notre pays, les niches fiscales inutiles coûtent 53 milliards d’euros. La fraude fiscale, 45 milliards d’euros. Le bouclier fiscal 2.6 milliards d’euros. L’exonération des heures supplémentaires, 4.4 milliards d’euros. La baisse de l’ISF, 2.2 milliards. N’y a-t-il pas matière à faire des économies en allant chercher cet argent plutôt que de continuer à vider les poches de ceux qui n’ont plus rien ? Que sont d’ailleurs devenues les promesses du gouvernement qui avait laissé trois mois aux fraudeurs pour se dénoncer au FISC sous peine de sanctions ? Rien n’a été fait ! En luttant contre la fraude, en supprimant certaines niches fiscales, en taxant davantage les multinationales qui payent deux à trois fois moins d’impôts que les PME et en faisant la chasse aux gaspillages, Ségolène Royal rétablira les comptes de la nation, tiendra ses engagements et épargnera ainsi le portefeuille des français les plus modestes.

 

Âgé de 27 ans, j’ai pour projet avec quelques amis de monter une boite pour importer et commercialiser en France des produits d’artisanat marocain. Or, aucune banque n’accepte de nous accorder le prêt nécessaire au démarrage de notre activité. Si, Ségolène Royal est élue, que compte-t-elle faire pour aider les jeunes qui comme nous, ont des idées, de l’énergie, de la volonté mais qui ne trouvent aucune aide pour avancer ?

 

Le problème que vous rencontrez est celui de très nombreux français qui veulent prendre leur destin en main, créer leur activité et prendre leur envol. Les jeunes sont particulièrement concernés par ce problème. Ségolène Royal, favorable à une France des entrepreneurs, mettra en place des outils pour vous aider. Un Small Business Act à la française et un Grenelle des PME seront lancés dans les premiers mois de la Présidence Royal. Une banque publique d’investissement, déclinée au niveau régional, pourra, après acceptation de votre dossier, vous octroyer une aide, remboursable une fois que votre activité deviendra rentable. Elle fera également voter le dispositif des bourses « Désir d’entreprendre » qui existe et qui marche dans la région qu’elle préside. Enfin, pour tous les jeunes, notamment diplômés, qui ne parviennent pas à trouver un travail, Ségolène Royal bâtira un pacte national pour l’emploi des jeunes qui comportera notamment le conditionnement des aides publiques aux entreprises à l’obligation pour ces dernières d’embaucher des jeunes !

 

Essence qui flambe, nourriture qui flambe, factures qui flambent et salaire qui stagne. Mère seule avec deux enfants, je cumule deux emplois et je n'arrive plus a boucler les fins de mois. Pourquoi le gouvernement ne fait-il rien contre l’augmentation des prix ? Pourquoi tant d'inaction ? Que compte faire Ségolène Royal ?

 

Des mesures d'urgence, rapides et efficaces auraient dû être prises depuis longtemps si nous avions des dirigeants responsables à la tête du pays. Nous voyons tous autour de nous des français contraints de réduire leur budget d’alimentation pour pouvoir mettre de l’essence dans la voiture et continuer à aller travailler. Est-ce acceptable dans la 5ème puissance du monde ? Non. Des solutions sont-elles possibles ? Oui. Depuis des mois, Ségolène Royal avance des propositions qu’elle mettra en œuvre immédiatement après son élection. D’abord le blocage des prix de l’essence. L’article 410-2 du code du commerce le permet et le gouvernement Bérégovoy avait pris cette décision au début des années 90. Ensuite le blocage en urgence des prix de 50 produits de base alimentaires et d’entretien : les associations de consommateurs en partenariat avec la distribution et sous la médiation de l’Etat pourront définir quels sont ces produits, à quel prix et quels sont les consommateurs qui seraient ciblés par cette possibilité-là. Enfin, l’instauration d’un contrôle des marges de la grande distribution et l’obligation pour les grandes surfaces d’acheter au moins 10% de leurs produits au producteur en circuit court. Vous le voyez, madame, avec de la volonté et de l’imagination à la tête du pays, nous pourrons améliorer rapidement et concrètement la vie des français.

 

Grand-mère, veuve, je vis dans un quartier difficile de la banlieue de Lyon. Je ne sors plus de chez moi après 19h et dans chaque geste de ma vie quotidienne, je reste sur mes gardes de peur qu’il ne m’arrive quelque chose. La police ne vient même plus dans notre quartier lorsqu’il s’y passe quelque chose. J’ai voté pour Nicolas Sarkozy en 2007 parce qu’il me semblait le plus ferme et le plus déterminé à lutter contre l’insécurité. Or, je vois bien que ses promesses ne se sont pas transformées en actes. Si Ségolène Royal devient Présidente, que fera-t-elle concrètement pour nous redonner la confiance et la sureté que nous n’avons plus ?

 

Vous avez raison ! Les français sont exaspérés par l’incapacité du pouvoir actuel à assurer leur sécurité. Certains sont désabusés et se cloitrent chez eux, d’autres se laissent séduire par le discours démagogique de Marine Le Pen. Or, là aussi, des solutions existent ! Ségolène Royal a été la première responsable de gauche à s’emparer des questions de sécurité. Dès 2006, elle prônait l’encadrement militaire des jeunes délinquants. Pourquoi ? Parce qu’elle considère qu’il aberrant qu’un jeune qui a fauté, et cela peut arriver à tous, soit envoyé en prison d’où il ressortira plus délinquant qu’à son entrée. Elle préfère qu’au lieu de fermer les régiments comme le fait le gouvernement actuel, ces lieux soient adaptés pour y accueillir des jeunes qui seront encadrés par des militaires ET des éducateurs. Ils y apprendront le goût du travail, le respect des règles, le respect des autres et pourront même y passer le permis de conduire et y construire un projet professionnel. Ils seront accompagnés sur le chemin de la réinsertion plutôt que de croupir en prison : voilà une solution de bon sens !

Elle plaide également pour le rétablissement d’une police de proximité qui mènera des actions de prévention et renouera le lien aujourd’hui rompu entre une partie de nos concitoyens et les forces de l’ordre. La création d’une brigade spécifique de lutte contre les trafics de drogue sera votée car une partie des problèmes de nos quartiers populaires s’explique notamment par la mainmise de réseaux mafieux qui ont substitué leur autorité à celle de l’Etat. Ces situations sont insupportables et face aux mots non suivis des actes de Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal répondra aux maux par des actes fermes !

 

J’ai voté pour Ségolène Royal en 2007. J’ai été très déçu qu’après sa campagne elle avoue ne pas croire à son propre programme. Que voulait-elle dire par là ?

 

La réalité, c’est que jamais Ségolène Royal n’a affirmé ne pas croire en son programme. Interrogée quelques semaines après sa campagne sur le plateau de l’émission « Question d’info »» (LCP-Le Monde-France Info, 20 juin 2007), elle a répondu qu’elle avait senti durant sa campagne le doute de nombreux français sur la crédibilité de mesures comme le SMIC à 1 500 euros ou la généralisation des 35 heures. Sur le SMIC, la confusion a été totale. Certains français pensaient qu’ils allaient gagner 1 500 euros du jour au lendemain. D’autres qui touchaient déjà cette somme redoutaient de devenir smicards. Bref, par manque de temps et à cause d’un calendrier pour le moins serré, la candidate a eu le plus grand mal à donner toute sa crédibilité et toute sa dimension à son projet. Mais Ségolène Royal a su tirer les enseignements des erreurs du passé et elle a beaucoup travaillé, avec les meilleurs experts comme avec les citoyens rencontrés depuis 2007. Les mesures qu’elle propose aujourd’hui ont fait l’objet d’un travail approfondi. Elles sont crédibles, concrètes et certaines ont même déjà fait leur preuve dans la région qu’elle préside.

 

J’aime bien Madame Royal mais la presse ne cesse de répéter qu’elle est seule et qu’elle a été abandonnée par ses soutiens. Et puis, elle a déjà perdu en 2007. Comment gagner une élection présidentielle en étant aussi isolée et après une première défaite ?

 

Non, Ségolène Royal n’est pas seule. Si certains compagnons d’hier sont partis, emportés par les vents tourbillonnants, une équipe fidèle reste à ses cotés. Équipe au sens large d’ailleurs. Des soutiens politiques à l’expérience reconnue (Jean-Louis Bianco, Dominique Bertinotti, Jean-Jack Queyranne…), des représentants de la jeune génération (Najat Belkacem, les parlementaires Delphine Batho ou Guillaume Garot), des figures historiques de la gauche (Edith Cresson, Yvette Roudy, le communiste Charles Fiterman…). Mais surtout, Ségolène Royal est entourée de milliers de Français(es), au PS, à Désirs d’Avenir, militants associatifs, syndicalistes, citoyens en attente du changement. Cette force citoyenne dont aucun autre responsable politique ne dispose sera un atout décisif pour la bataille de 2012. Ces femmes et ces hommes ont réalisé un travail considérable en quatre ans en organisant des milliers de réunions sur tout le territoire et sur tous les sujets. Ségolène Royal se nourrit en permanence de ce travail.

 

Pour ce qui est de la défaite, il faut en dire un mot. Oui, Ségolène Royal n’a pas remporté l’élection présidentielle de 2007. Elle s’est néanmoins qualifiée au second tour et a porté les espoirs de 17 millions de français. Tous les socialistes qui se sont présentés à la présidentielle ne peuvent pas en dire autant. François Mitterrand n’a été élu qu’à la troisième tentative. Jacques Chirac aussi. L’élection présidentielle est un long chemin, complexe, qui exige un travail sur soi, suppose un enracinement profond dans le pays, impose des traversées du désert et offre de grands moments de bonheur. On n’y vient pas par obligation, par devoir, par substitution. On y vient par envie, par désir, convaincu(e) que ce que l’on pense est juste et bon pour le pays. L’essentiel est d’être prêt. Et Ségolène Royal est aujourd’hui plus prête que jamais, consolidée par sa première expérience et renforcée par le travail réalisé. Vous aussi, rejoignez la force citoyenne sur www.segoleneroyal2012.fr !

 

Amine El Khatmi

Publié dans Primaires 2011

Commenter cet article