Ségolène Royal attend son heure

Publié le par Désirs d'Avenir Rueil

La confidence émane d’un ministre très sarkozyste qui reconnaît être minoritaire sur ce sujet. « La candidate du PS la plus redoutable pour nous en 2012, c’est Ségolène Royal. S’il y a des primaires très ouvertes avec plusieurs millions d’électeurs, sur lesquelles le PS aura moins de prise, c’est elle qui a le plus de chances de l’emporter. Et elle est vraiment dangereuse pour Nicolas Sarkozy. »

 

Depuis sa (brillante) réélection à la présidence de la région Poitou-Charentes, l’ancienne candidate socialiste à l’Élysée cultive une discrétion sur la scène nationale à la hauteur du buzz médiatique autour de Dominique Strauss-Kahn.

 

Absente des débats internes au PS – elle n’a pas participé au conseil national sur le nouveau modèle de développement ni à la réunion des « éléphants » autour de Martine Aubry sur la réforme des retraites – , elle mesure sa parole.

 

Elle a réservé son expression à des sujets locaux, de la défense des naufragés de Xynthia au sort de l’entreprise Heuliez, ou à des causes qui lui tiennent à coeur, comme le Grenelle de l’environnement ou le « pass-contraception ».

 

Au lendemain de sa victoire régionale, Ségolène Royal a surpris ses propres amis en s’abstenant de déclencher l’offensive sur la présidentielle de 2012. Elle a même pris soin de dire que, pour l’heure, elle n’était pas candidate, sans exclure que, le moment venu, elle puisse l’être. Elle suit de très près la préparation de la primaire prévue à l’été 2011, en insistant pour que les conditions de son organisation ne prêtent pas à contestation. Elle veut un combat à la régulière : elle se méfie toujours des manoeuvres auxquelles pourrait se livrer l’appareil du PS.

 

Le 5 mai, Ségolène Royal a annoncé sur son site Désirs d’avenir que la prochaine Fête de la Fraternité – elle l’avait inaugurée en 2008, au Zénith, à Paris, avant de la rééditer, l’année suivante, à Montpellier –, aurait lieu les 11 et 12 septembre à la Cartoucherie de Vincennes, « grâce à Ariane Mouchkine ». Dans le même temps, elle a ouvert un forum participatif sur la réforme des retraites, « en réponse à ceux qui, sous le prétexte d’une pseudo faible mobilisation du 1er Mai, refusent toute proposition neuve allant dans le sens d’une plus grande justice sociale et fiscale ».

 

Si Ségolène Royal, qui a bénéficié après les élections régionales d’une embellie dans les sondages, apparaît, au contraire, aujourd’hui hors course, elle n’est pas hors jeu. Mais, à l’évidence, si elle pense qu’elle a une chance d’emporter, comme en 2006, la primaire, elle se mettra sur les rangs. En attendant, à bas bruit, elle se prépare, studieusement, à toutes les éventualités.

 

M. N.

 

Source : Direct Matin

Commenter cet article